"Savines-le-Lac" Patrimonio XXème

logo-label-patrimoine-xxe-siecle-svg-1-1460
Le 23 Juin 2011, sur la base d’une étude documentaire, la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites s’est prononcée en faveur de la labellisation au « Patrimoine du XXe siècle » de l’ensemble du village de Savines-le-Lac, une exception à l’échelle nationale.
Cette dynamique portée par la commune constitue un atout indéniable pour l’animation et le bon fonctionnement d’un futur pôle culturel dédié à la mise en valeur du patrimoine du XXe siècle du territoire.
Cette labellisation valorise, notamment au travers de visites guidées, le travail de l’architecte visionnaire « Achille De Panasket ».

« Pôle culturel Le XXe »
Retrouvez le parcours d’exposition moderne en libre accès (CIAP), bibliothèque, médiathèque, terrasse et solarium à proximité de la plage de la Combette. Entrée gratuite.
Toute l'année
Mardi : 15h-17h
Mercredi : 10h-12h et 15h-18h
Jeudi : 10h-12h
Samedi : 10h-12h et 15h-18h
Du 1 juillet au 31 août 2018
Lundi et dimanche : 15h-18h
Mardi : 10h-12h et 15h-17h

Mercredi, jeudi, vendredi et samedi : 10h-12h et 15h-18h
 
04.92.50.88.89 - ciap.xxe@gmail.com
www.store60s.fr

Découvrez l'auditorium/salle de presse et la nouvelle médiathèque mutualisée avec un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) dédié au patrimoine du XXe siècle en Pays S.U.D.  Dessiné par Laurens et Gallinet architectes, le bâtiment agit comme un signal dans le paysage. Côté lac, son escalier monumental frole la métaphore maritime…
 
L’ultime décision
C’est suite aux crues dévastatrices causées par la Durance en 1843 et 1856, que les habitants de Savines, mais aussi d’Ubaye, entendent parler d’un certain projet de retenue d’eau sur la vallée de la Durance. Mais à vrai dire, leur seule préoccupation est le retour des hommes au village après la guerre.
 Et pourtant, en 1948, un sondage est réalisé par des ingénieurs EDF-GDF, et le 26 juillet 1951 on signe l’arrêt de mort des deux villages de Savines et d’Ubaye en décidant de la côte 780. Le 5 janvier 1955, la construction du barrage est déclarée d’utilité publique.
La vie économique de Savines avant le barrage est plutôt tourné vers l’agriculture (830 hectares de terres sont cultivables), sans oublier les deux usines (une filature de coton et une usine de papier). Les loisirs s’articulent autour de la chasse au gibier, la pêche à la truite dans la Durance, la cueillette des framboises et des champignons, les promenades en forêt, les lavoirs, les fontaines, les cafés, les places et les jeux de boules.
  • 1049892578-2-1459
  • s-011-005-1461
  • fontaine-ancien-savines-1674
  • la-place-de-la-mairie-1675
  • la-rue-principale-du-village-cafe-jartoux-cafe-bonnefont-devenu-silve-et-epicerie-gargantini-devenue-chapeau-henri-1677
  • maison-pavie-ancien-savines-boucherie-marcellin-a-droite-cache-1678
  • savinesfacebook-1683
La destruction de Savines
Le 3 mai 1961, à 11h45 précise, la mairie, l’école et l’église sont détruites en même temps, au cœur de ce qui fût le bourg depuis le début du XIXe siècle. Les journalistes de la presse écrite gapençaise, marseillaise et parisienne, ceux de la télévision, et des cinéastes d’actualité sont présents.
C’est avec une émotion que le curé de la paroisse regarde son église s’effondrer sous la charge des dynamites et recueille la croix fleurdelisée de 1830. Aujourd’hui la mémoire semble s’être construite autour de cette image…
  • la-redoute-1676
  • pont-savines-reste-maison-marcellin-au-fond-a-gauche-1679
  • quartier-de-la-poste-rive-gauche-durance-1680
  • quartier-de-la-redoute-avec-pont-en-bois-sur-durance-1681
  • savines-lac-montant-1682
Les travaux du barrage de Serre-Ponçon
 
La manifestation de la population en mars 1956 n’en a rien affecté le début des travaux. 1 550 personnes ont été expulsées dont plus de 700 Savinois sur 970 habitants. Les maisons et les usines sont dynamitées,  les rives de la Durance sont défrichées, les arbres et plantations des deux villages sont arrachés. Vingt entreprises différentes travaillent d’arrache-pied : 2 000 personnes sont présentes sur le chantier.
Les travaux de construction de la digue ont déjà débuté sur le lieu dit de Serre-Ponçon (qui donnera son nom au barrage), une digue représentant 123 m de haut, 650 m d’épaisseur à la base, 10 m d’épaisseur au sommet, 14 millions de mètres cubes de terres, pierres…
Les vannes seront fermées en novembre 1959 et il faudra 18 mois au lac de Serre-Ponçon pour atteindre la côte maximale de 780 m au-dessus du niveau de la mer.
Le nouveau village de Savines-le-Lac ne naîtra véritablement qu’en 1961 lorsque le lac est mis en eau et que les travaux prennent fin.
           
89471-1948-1463
1082424-572283072813235-1062685450-o-1-1462
L'église Saint-Florent
L’église à été construite entre mai et l’été 1961 par l’architecte Achille de Panaskhet consacrée le 15 juillet 1962 par l’évêque de Gap, Monsieur Georges Jacquot. Différents matériaux ont été utilisés, notamment le béton, la pierre et la dalle de couleur pour les vitraux.
L’ensemble de style moderne est symbolique, aux trois angles on retrouve le clocher, symbole du rassemblement, le baptistère qui est l’entrée dans la vie de Dieu, et l’autel, symbole du recueillement.
 
Il est possible, en visitant l’église Saint-Florent  d’admirer  le bénitier et la croix du clocher de l’église dynamitée.
 
A ne pas manquer également :
- Les vitraux de la chapelle du Saint-Sacrement reprenant l’histoire de la Genèse.
- L’autel de la Vierge Marie, avec une statue du XIXe siècle. Celui-ci a été reconstruit à partir d’éléments recueillis à l’église du hameau de la chapelle détruite en 1958.
- Près du baptistère, une plaque armoriée rappelant le passage du Pape Pie VI en 1799, et une cuve des fonts baptismaux du XVIIsiècle, composée de marbre bleu qui rappelle les eaux du Jourdain et le baptême originel.
- Dans l’église, sur chaque vitrail qui accompagne la montée vers l’autel, sont représentées les étapes du chemin de croix (un autel de 3 mètres fabriqué en marbre noir du Portugal).
  • xx4-c-1668-2037
  • pole-culturel-achille-de-panasket-1663-2038

 
  • p1120803-1664-2035
  • p1120811-1665-2039
Qu’est-ce qu’un CIAP ?
Destiné à tous les publics, les CIAP sont un atout phare du réseau national des Villes et Pays d’Art et d’Histoire. Ils ont pour vocation de donner des clés de compréhension du territoire aux visiteurs mais sont aussi un équipement de proximité à destination de la population locale (jeune public en particulier) permettant à chacun de se réapproprier son patrimoine.
En Pays S.U.D, le Pays d’Art et d’Histoire « montagnes de lumières » va déployer un « CIAP en réseau », en plusieurs antennes thématiques, dont deux antennes à venir : sur le patrimoine fortifié, dans la Vallée de l’Ubaye transfrontalière, autour du site exceptionnel du fort de Tournoux et sur le patrimoine religieux à Embrun, siège de l’ancien archevêché des « Alpes à la méditerranée ». 

Pourquoi un CIAP XXe à Savines-le-Lac ?
Le Pays d’Art et d’Histoire « montagnes de lumières » se distingue par sa richesse en patrimoine du XXe siècle. En France, les édifices labellisés au patrimoine du XXe siècle sont essentiellement concentrés en Ile de France (grands ensembles dont l’œuvre de l’architecte Emile Aillaud originaire de la Vallée de l’Ubaye) ou dans les villes côtières (villégiatures des stations balnéaires telles que la Grande Motte etc). En Pays S.U.D, les neuf édifices ou ensemble labellisés couvrent la totalité du territoire géographique et présentent une grande diversité typologique : villas édifiées par les Barcelonnette, émigrants bâtisseurs, de retour du Mexique (patrimoine des migrations), ouvrages Maginot (patrimoine militaire), ouvrages de Serre-Ponçon et stations de ski (patrimoine industriel), village de Savines-le-Lac (village nouveau) etc.
Cet ensemble cohérent met en lumière une spécificité du territoire qui se caractérise par les grands travaux d’aménagement de la montagne et les grands flux migratoires de ces alpins en mouvement, pionniers et inventeurs, « tous entrepreneurs de leur fortune » (Pascalis, 1689).
Savines-le-Lac figure parmi les rares exemples en France de village nouveau entièrement labellisé au patrimoine du XXe siècle.
A Savines-le-Lac, le CIAP raconte la formidable aventure du XXe siècle : la houille blanche, l’arrivée du tracteur, le développement du tourisme, les colonies de vacances ou les maisons solaires figurent parmi les thèmes abordés dans l’exposition permanente.
Un espace boutique nous plonge dans l’ambiance de la modernité joyeuse des années 60 : en exclusivité, vous pourrez y retrouver des objets design et emblématiques de l’époque. Vous pourrez également emporter un souvenir propre à l’histoire de Serre-Ponçon et au village nouveau de Savines-le-Lac.
Le Pays d’Art et d’Histoire vous propose un programme d’animations spécifique « CIAP XXe » et vous invite à participer à un certain nombre de rendez-vous sur place et hors les murs en Pays S.U.D. Ces rendez-vous réguliers seront pour vous l’occasion de regarder autrement le patrimoine qui vous entoure et d’en (re)découvrir la valeur patrimoniale ou l’intérêt historique, sociologique etc.
Le patrimoine du XXe siècle est en effet un patrimoine proche de nous, que l’on « utilise » au quotidien. Ce qui en fait tout à la fois sa force (un patrimoine vivant, encore en activité) et sa faiblesse (un patrimoine que l’on a du mal à percevoir comme tel).
Au plaisir de vous retrouver au CIAP ou ailleurs en Pays S.U.D ! 
Et pour aller plus loin :
Qu’est-ce que le label Ville et Pays d’Art et d’Histoire ?
Il s’agit d’un label national décerné par le Ministère de la Culture qui vient reconnaître à la fois la richesse patrimoniale d’un territoire (Ville ou Pays) et la qualité du projet culturel porté par ce territoire. Le champ d'investigation d’un Pays d’Art et d’Histoire est infini. Il ne s’occupe pas seulement du patrimoine ancien (Monuments Historiques etc) mais s’intéresse à la qualité du cadre de vie en général (abords, environnement, paysage, création architecturale…).
L’objectif est que chacun se réapproprie son patrimoine. Un PAH doit ainsi faire preuve de créativité pour donner à voir autrement ce qui nous entoure (d’où des formules originales et sur mesure de visite spectacle, vélo visite, rando patrimoine, bateau visite etc).
Le label propose donc un tourisme culturel de qualité mais s’adresse avant tout à la population locale, jeune public en particulier. En temps scolaire et hors temps scolaire découvrez l’offre jeune public de votre Pays d’Art et d’Histoire.
La force du label est son réseau : réseau national (184 Villes et Pays d’Art et d’Histoire à ce jour), réseau régional animé par les directions régionales des affaires culturelles. La DRAC PACA est ainsi très active et fédère 11 Villes et Pays d’Art et d’Histoire au travers d’actions communes (formations des guides conférencières, supports de communication etc).
Le PAH « montagnes de lumières » se distingue par un réseau Culture « Pays » très cohérent et dynamique rassemblant une quinzaine de sites et structures publics et privés (Musée de la Vallée dont le musée de France de la Sapinière à Barcelonnette ; Abbaye de Boscodon, associations de valorisation du patrimoine, etc).
Au quotidien c’est toute l’équipe du service Culture PAH qui est à votre écoute : soit deux permanentes  (l’animatrice de l’architecture et du patrimoine responsable du Pays d’Art et d’Histoire et son adjointe, développeur culturel). Mais aussi une dizaine de guides conférencières agréées toutes de sensibilité et de formation différentes.

Qu’est-ce que le label patrimoine du XXe siècle ?
La connaissance, la conservation et la mise en valeur du patrimoine architectural et urbain du XXe siècle constituent l’un des enjeux majeurs du ministère de la Culture et de la Communication.
C’est dans ce cadre qu’a été institué en 1999 le label Patrimoine du XXe siècle. Il est destiné à faire connaître au public, au moyen notamment d’un logotype (Patrick Rubin, Agence Canal), les productions remarquables de ce siècle qui présentent un intérêt patrimonial en tant que témoins matériels de l’évolution technique, économique, sociale, politique et culturelle de notre société.
Ce label est attribué par le préfet de région, après sélection par un groupe de travail spécifique puis examen par la Commission régionale du patrimoine et des sites.

Renseignements : 04 92 44 15 11 ou 04 92 44 15 12 • a.tochon@pays-sud.fr ou c.bertuletti@pays-sud.fr  • www.pays-sud.fr
  • logopah-hd-2730-1667-2036
Stampa
spartire :